La transmission des connaissances et compétences : Un enjeu stratégique à suivre !


L'actualités

Le 21 avril dernier, Nadin Motor, à Liège, fêtait ses 85 ans. Cette entreprise membre d'Agoria est l'un des derniers ateliers mécaniques spécialisés en moteurs. Les interventions sont faites tant à titre préventif et prédictif, grâce à des contrats d’entretien, qu’à titre curatif, en dépannage. En outre, grâce au vaste parc de machines et à son bureau d’études, les techniciens de Nadin Motor réalisent également de l’usinage en petites séries, et tous travaux de mécanique de précision. Pour Stéphane Delmoitiez « L’objectif est d’apporter une solution globale aux clients afin de simplifier la gestion de leurs problèmes mécaniques en intervenant comme "single point of contact" ».
Dans le cadre de la démographie des qualifications, Nadin Motor a développé deux projets hautement stratégiques :

  • le développement de la cartographie de deux métiers,
  • et la validation des compétences Tuteur.

Avec l’aide de l’IFP (fonds de formation de l’industrie technologie de Liège-Luxembourg) et d'Agoria , vous avez mis en place un projet de transmission des connaissances, pourquoi cette nécessité ?

Stéphane Delmoitiez, Nadin Motor : « Afin de maintenir les connaissances spécifiques et le niveau de qualité de nos services, développer les connaissances de demain, et anticiper le départ à la retraite de deux collaborateurs, il a été indispensable de développer, avec l’expertise de l’IFP, des cartes métiers (pour le mécanicien et le rectifieur) et des plans de transfert des connaissances critiques pour notre société » . « Ce travail va également permettre de développer des plans de formations pour des stagiaires et des apprentis, et parfaire les descriptions de fonctions pour des engagements à venir ».

Suite à ce projet, vous avez proposé  la validation des compétences « Tuteur » pour deux de vos collaborateurs ?
S. Delmoitiez  : « En effet, il était indispensable de s’assurer de leurs aptitudes à transmettre leur savoirs , c’était aussi une reconnaissance de la confiance que nous leur accordons. En outre, c’est également un outil de référence lors du recrutement interne ou externe, une aide dans le cadre de la rationalisation et l’optimalisation des parcours de formation ainsi qu’une des conditions pour obtenir une réduction ONSS groupe-cible tuteur (*) ».

Comment cela s’est -il mis en place ?
S. Delmoitiez : « Via le support de Véronique Gély d'Agoria, nous avons rencontré le Centre bruxellois de « validation Tuteur » en entreprise-SFPME. Avec leur spécificité d’équipe mobile qui se déplace directement en entreprise, mes deux collaborateurs expérimentés ont suivi une demi-journée de sensibilisation aux rôles et missions du tuteur. Le but des échanges, sous forme de coaching, était de discuter des points suivants :  le profil du tuteur , le rôle du tuteur dans le dispositif de formation (accueillir - accompagner - former et organiser la progression - évaluer) ,  la relation entre le tuteur et l'apprenant, et des trucs et astuces pour bien transmettre sans oublier les conseils pour se préparer à la validation des compétences ».

Quel a été le ressenti de vos collaborateurs ?
S. Delmoitiez : « Yves et Dominique ont été ravis des explications mais aussi des conseils personnalisés et jeux de rôles de mise en situation. La sensibilisation était très instructive même pour des collaborateurs expérimentés ».

Cette formule basée sur l’échange de pratiques prépare à la validation des compétences. Comment cette validation s’est-elle déroulée ?
S. Delmoitiez : « Chacun de mes collaborateurs a bénéficié d'un accueil personnalisé au sein du centre de validation. Après avoir reçu le rappel des consignes, chacun a été invité à passer une épreuve individuelle de 2 heures. Au terme de l'épreuve, mes collaborateurs ont directement été informés de leurs résultats. Chacun a obtenu le Titre, et même brillamment ! D’autant plus que ce sont les premiers tuteurs validés en Wallonie. Cette expérience est enrichissante autant au niveau personnel que pour l’entreprise ».

Vous avez développé Nadin Academy, pourquoi ?
S. Delmoitiez : « Nous souhaitons encadrer au mieux les stagiaires, apprentis, et futurs collaborateurs. Il nous a semblé logique et pertinent de communiquer l’implication de Nadin Motor dans le suivi de la maîtrise de connaissances de haute valeur »

Un enjeu stratégique à suivre !

Depuis 1931, Nadin Motor, société de 12 personnes témoigne d’une grande expérience dans les domaines de la rénovation de moteurs et culasses tous types (y compris alésage, hônage, rectification), la réparation de cardans, la rectification de vilebrequins ainsi que l’entretien et réparation de tous autres ensembles mécaniques sur site et en atelier. Ses services s’adressent tant aux domaines de l’industrie qu’au transport, génie civil, pour les professionnels et les particuliers. Lire aussi : Nadin Motor recrute et lance Nadin Academy.

Contact Nadin Motor : Stéphane Delmoitiez - T. +32 4 343 07 75 - www.nadinmotor.be